Le courage est une arme
qui ne s’use jamais. (proverbe peul)
Plan du site | Contact
Accueil > Actualités > Attaques des champs de pomme de terre

Synthèse de la réunion de concertation.

Suite aux attaques qui sévit actuellement dans la région du Fouta Djallon sur la filière Pomme de Terre, la FPFD a jugé nécessaire de mobiliser les principaux acteurs pour prendre certains dispositions.

Rapport synthèse de la réunion de concertation entre les producteurs agricoles et les services techniques du Ministère de l’Agriculture autour de la maladie de la pomme de terre

Suite à l’attaque de plusieurs champs de pomme de terre en moyenne guinée, la FPFD en rapport avec le Ministère de l’Agriculture a initié une réunion de concertation en ce jour 7 septembre 2016 à son siège. Etaient présents à la rencontre, le bureau exécutif de la FPFD, le Directeur National des Services de Protection des Végétaux et des denrées stockées, le représentant de la Direction Nationale de l’Agriculture, les directeurs régionaux de l’agriculture de Mamou et de Labé, les directeurs régionaux de protections des végétaux de Labé et de Mamou, les directeurs régionaux de l’ANPROCA de Labé et de Mamou, des cadres de l’Institut de Recherche Agronomique de Guinée, les Directeurs préfectoraux de l’agriculture de Dalaba, Pita Labé et Mali, les représentants du PNAAFA et de la CNOP-G, la presse publique et privée. Voir la liste des participants en annexe. La réunion a démarré à 10 h 15 mn sous la présidence du Président de la CNOP-G et de la FPFD. Dans son allocution, après avoir souhaité la bienvenue aux participants, il a rappelé le contexte en décrivant clairement la problématique. Il a souhaité à ce que la réunion aboutisse à des conclusions et recommandations consensuelles qui vont concourir à sauver la filière pomme de terre. Après, ont suivies les présentations des constats établis dans les champs et les entrepôts par la FPFD, les services techniques régionaux du Ministère de l’Agriculture et le PNAAFA. Il est ressorti que les attaques ont été constatées à partir du mois d’août, d’abord dans les périphéries de Labé, puis dans les préfectures de Pita, Dalaba, Mali et dans la C. R. de Boulliwel, préfecture de Mamou. Il apparait aussi que les symptômes observés dans les champs sont identiques dans toutes les zones de production. Il s’agit notamment des tâches nécrosées au niveau des tiges et des feuilles qui ont conduit à la défoliation complète du plant. En moins d’une semaine, le champ infesté est complètement détruit. En guise d’exemple, un jeune producteur a perdu 8 hectares à Fodouyé, CR de Hafia dans la préfecture de Labé. Il faut noter que, par endroit les pommes de terre stockées pourrissent rapidement. Selon certains producteurs et des techniciens, des semences ont été introduites du Mali et du Sénégal sans certificat phytosanitaire. Ces semences maltraitées n’étaient pas saines et peuvent être non adaptées à nos conditions climatiques. Pendant la période du 12 au 15 août, il a été enregistré des fortes pluies avec de très grandes variations de température qui pourraient favoriser l’apparition des maladies. A partir des visites de terrain et de l’entretien avec des producteurs, il a été révélé que les bonnes pratiques culturales (rotation culturale, calendrier agricole, destruction et ramassage des résidus de récoltes, etc.) ne sont pas suffisamment respectées. Le Président de la filière pomme de terre a, dans son intervention déclaré que l’importation anarchique a détruit son œuvre de près de 20 ans dans la construction de ladite filière. Il a souhaité que cette présente rencontre recommande la limitation des importateurs de semences et le respect de la réglementation en vigueur en République de Guinée. A ce titre d’ailleurs, le représentant de la DNA a fait état de la réglementation relative à l’importation de la semence dans l’espace CDEAO. Désormais tout importateur devra disposer d’un agrément valable pour 2 ans. A date, des échantillons ont été prélevés et envoyés au laboratoire pour des fins d’analyse. Les résultats qui nous permettront d’identifier l’agent responsable de la maladie sont attendus. Au terme des débats très fructueux, une visite de terrain a été organisée conformément au programme établi. Recommandations : La réunion recommande
-  Appliquer avec toute la rigueur la réglementation relative à l’importation de semences ;
-  Interdire l’importation de semences par voies terrestres ;
-  Renforcer les capacités des services techniques afin d’apporter aux producteurs des réponses idoines en temps réel ;
-  Réhabiliter le mini laboratoire du service de Protection des Végétaux de Labé ;
-  Poursuivre le criblage de nouvelles variétés introduites
-  Mettre en place au niveau de la FPFD une cellule de communication en cas de crise

Timbi Madina, le 07/09/2016

16 septembre 2016

À propos de ce site