Le courage est une arme
qui ne s’use jamais. (proverbe peul)
Accueil > Activités > Commercialisation

Connaître les marchés pour mieux les conquérir

La Fédération des Paysans du Fouta Djallon a gagné sa première bataille commerciale quand elle a réussi à bloquer les importations de pomme de terre en 1992 et un peu plus tard à surtaxer les importations d’oignon en provenance d’Europe, pendant la période de commercialisation de ses produits.

JPEG - 24.2 ko

La deuxième bataille qu’elle est en train de gagner, c’est l’augmentation de sa productivité pour être compétitif et ne plus demander cette protection, ce qui n’est maintenant plus nécessaire depuis 1998. Cependant, la volonté d’augmenter régulièrement les productions maraîchères du Fouta Djallon et d’améliorer le revenu des producteurs oblige la Fédération à améliorer encore la commercialisation nationale et sous-régionale de ses produits.

Pour ce faire, la Fédération, avec le soutien du CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement), se fait aujourd’hui une priorité de mieux connaître les marchés potentiels d’écoulement des produits maraîchers du Fouta Djallon, en terme de quantités mensuelles commercialisables, de prix d’achat, de qualité, de concurrence et de clients potentiels, afin de prioriser les marchés, nationaux et sous-régionaux, à conquérir par la Fédération.

Le bilan de la commercialisation 2003 reste positif dans l’ensemble des zones couvertes par la FPFD sauf pour la tomate où la production reste stationnaire.

La pomme de Terre : la production est estimée aux alentours de 6 000 tonnes pour l’année 2003 pour la FPFD.
L’année 2004 a démarré par la production d’intersaison (novembre-février) avec des prix de vente en sacs bord-champ de 800 Fg/kg puis par la production de saison sèche (mars-mai), toutes deux très correctes en quantité (+ 20% de semences semées par rapport à 2003) et qualité.

L’oignon : la production d’oignons dans les zones FPFD est estimée à 4000 tonnes pour 2003.

Suite à des difficultés, les productions d’oignon d’hivernage ont très peu donné. Pour 2004, l’accroissement de la production est estimée à 40% sur la base des intrants distribués. Les premiers produits sont arrivés sur le marché depuis la mi-avril avec des prix initiaux de 1300 fg/kg qui se sont vite stabilisées à 550 fg/kg. Actuellement la récolte bat son plein.

La tomate : la filière tomate se cherche encore et une assemblée générale tomate sera tenue prochainement à Mamou.

À propos de ce site